Grande journée nationale contre le projet de loi sur la psychiatrie

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Samedi 30 octobre 2010: grande journée nationale d’actions organisée par la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme contre le projet de loi sur la psychiatrie proposé par Madame Bachelot. Une trentaine de manifestations seront organisées dans toute la France, dont 9 à Paris et en banlieue parisienne :

9h30 – 10h30 : devant l’Hôpital Saint-Anne, 1 rue Cabanis 75014 Paris

10h – 11h : devant l’Hôpital Vallée 7 rue Benserade 94257 Gentilly

11h – 12h : sur la Place d’Italie, 75013 Paris

11h30 – 12h30 : devant l’Hôpital Paul Guiraud 54 av. de la République 94800 Villejuif

13h – 14h : devant l’Hôpital Pitié-Salpêtrière 47 bld de l’Hôpital 75013 Paris

13h30 – 14h : devant l’Hôpital Paul Brousse 14 av. Paul Vaillant Couturier 94800 Villejuif

14h30 – 15h30 : Hôpital St-Antoine 184 rue du Fbg St-Antoine 75001 Paris

14h30 – 15h30 : devant l’Hôpital Esquirol 57 av. du Maréchal Leclerc 94410 St-Maurice

16h – 17h : sur la Place Edmond-Michelet (à côté du centre Pompidou) 75004 Paris

En mai 2010, la Ministre de la Santé Madame Roselyne Bachelot, a fait adopté au Conseil des Ministres un projet de loi intitulé « Droits et protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et modalités de leur prise en charge ». Ce projet de loi doit remplacer la loi de 1990 sur les hospitalisations psychiatriques.

Cette loi représente une réelle menace pour les libertés et droits fondamentaux des Français.

Si elle est votée, un psychiatre pourra décider seul de l’internement sous contrainte de n’importe quel citoyen français, sans nécessité de l’accord familial ou de l’avis d’un autre médecin. Alors qu’aujourd’hui en France de nombreux internements abusifs ont lieu - plus de 73 500 internements sous contrainte par an - cette loi donnera tout pouvoir au psychiatre.

De plus, n’importe quelle personne pourrait recevoir de force des traitements psychiatriques sans faire l’objet d’une hospitalisation. Elle sera forcé de recevoir des injections de psychotropes, des pilules, ou des électrochocs. Si elle refuse, elle sera alors internée en psychiatrie.

Rappelons que les traitements psychiatriques comportent de nombreux effets dangereux : convulsions, coma, délires, agressivité, comportements suicidaires, etc.

Cette loi risque d’augmenter considérablement les internements de force en psychiatrie, et de mettre la population française sous camisole chimique. Elle représente un réel danger pour notre pays !

CCDH n’est pas la seule organisation à se battre contre ce projet de loi.

L’intersyndical des psychiatres, soit 80% de la psychiatrie publique, a organisé une manifestation le 28 septembre 2010 devant le Ministère de la Santé afin de contester cette réforme.

Le 4 octobre 2010, le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire a organisé un colloque à l’Assemblée Nationale sur le thème « Continuité des soins ou continuité de la contrainte ? ». A cette occasion, le Député Noël Mamère, a fait un discours pour dénoncer ce projet de loi et explique : « Nous sommes totalement solidaires de la démarche de l’appel des 39 et nous réclamons le retrait du projet de loi qui réforme les règles relatives aux soins psychiatriques. Ce projet de loi est inique, injuste et il transforme le patient  en un prisonnier potentiel. »

Les Verts ne sont pas les seuls à contredire ce projet de loi. Tous les partis politiques de gauche demandent le retrait définitif de cette loi liberticide.

La CCDH existe en France depuis 1974 pour dénoncer les violations des Droits de l’Homme en psychiatrie.

Elle continuera ses actions de sensibilisation jusqu’à temps que ce projet de loi soit définitivement retiré.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter la CCDH au 01 40 01 09 70 ou par mail à ccdh@wanadoo.fr.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »