Notre santé et nos libertés menacées !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

<!– @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } A.western:link { so-language: zxx } –>

Manifestation de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme le samedi 22 mai de 16h à 17h30 sur la Place de la Bastille à Paris pour dénoncer la réforme de loi sur les hospitalisations psychiatriques qui veut instaurer des soins sous contrainte en ambulatoire.

La loi de 1990 sur les hospitalisations psychiatriques devrait être modifiée d’ici l’automne , et mettre en place un nouveau type de traitements psychiatriques : les soins sous contrainte en ambulatoire.

Aujourd’hui, une personne peut recevoir des traitements psychiatriques de force si elle est internée sous contrainte dans un hôpital.

De fortes doses de psychotropes sont généralement administrées. Ces médicaments psychiatriques entraînent une dépendance et de nombreux effets secondaires. Ils peuvent entraîner de la violence, de l’agressivité ou des hallucinations chez les consommateurs.

La France est le pays qui consomme le plus d’antidépresseurs au monde.

Les électrochocs ou sismothérapie sont utilisés dans la plupart des hôpitaux français.

70 000 séances d’électrochocs ont lieu chaque année en France. Cette pratique peut entraîner des convulsions ou des dommages irréversibles au cerveau.

Cette forte consommation de traitements psychiatriques est dangereuse pour les français.

La réforme de la loi proposée par la Ministre de la santé prévoit la mise en place de soins sous contrainte en ambulatoire. Cela signifie que, sans être internée, une personne sera obligée de se rendre régulièrement à l’hôpital pour recevoir une injection de médicaments ou une séance d’électrochocs.

Cette mesure représente une menace non seulement pour la santé des français, mais aussi pour leurs libertés.

La CCDH demande à tous les parlementaires de ne pas voter pour cette loi. Cette dernière entraînera une consommation encore plus importante de traitements psychiatriques, et risquerait de mettre la population française sous camisole chimique.

La CCDH existe en France depuis plus de 35 ans pour dénoncer les abus de la psychiatrie. Elle est contactée par de nombreuses victimes chaque semaine, et sensibilise la population sur les dangers des traitements psychiatriques.

Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter par téléphone au 01 40 01 09 70 ou par mail à ccdh@wanadoo.fr.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>